L’Enfant et la Fortune, peint par Pierre Bouillon (vers 1801), musée des Beaux-Arts de Rouen. © RMN-Grand Palais / Philipp Bernard
Manuscrit de l’Ovide moralisé (Ms O 4 f° 074 détail), illustration de La Roue de la fortune (vers 1325), Bibliothèque municipale de Rouen.

Pour en savoir plus sur la déesse Fortuna romaine, ses héritages grecs et ses évolutions : Fortuna, le culte de la Fortune à Rome et dans le monde romain, tome 2 , de Jacqueline Champeaux, 1987

Pour l’évolution de la Fortune au Moyen Age : La Fortune, thèmes, représentations, discours, Yasmina Foehr-Janssens et Emmanuelle Métry, 2003.